Sport17.fr > Actualités Cyclisme > Marilyne Michaud, une championne hors norme
 
 

Portrait

Marilyne Michaud, une championne hors norme

0 commentaire
 

Jeudi 27 Janvier 2011

Marilyne Michaud, une championne hors norme
 
Marilyne Michaud, une championne hors norme

Après une brillante carrière d'athlète stoppée sur blessure, Marilyne Michaud est devenue une cycliste de haut niveau à l'âge de 42 ans. Portrait.

Sportive dans l’âme, elle en a fait son métier et sa passion. Marilyne Michaud, 42 ans est en effet éducatrice sportive doublée d’une championne hors du commun. Voici quelques années, elle était montée sur la troisième marche du podium aux championnats de France d’athlétisme. Elle a couru pour Cognac et pour le Périgord entre autre jusqu’à ce qu’un tendon d’achille puis une tumeur au pied ne vienne en décider autrement. Opérée et totalement remise, le besoin de dépense physique s’est alors manifesté. Malgré le port de semelle, les appuis ne permettent plus la course à pied. C’est alors qu’elle sort son vieux vélo du garage. Et pourquoi pas ? Les capacités physiques sont là. « Avec les acquis de l’athlétisme, me mettre au cyclisme ne m’a pas posé trop de problèmes. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de chocs au niveau des articulations comme en athlétisme. » explique-t-elle.

L’esprit de compétition est lui aussi toujours là. Il lui manque juste les tactiques pour le vélo. Elle les intègre bien vite. Si vite que dès la première année, elle se classe 8ème au championnat de France voici 6 ans. Depuis elle est la reine des podiums en départemental et en régional et par 4 années de suite 3ème au championnat de France. En 2010, à force d’entrainement et de tactique enfin la consécration : la plus haute marche, l’or est décroché au championnat de France féminin de cyclisme Ufolep entre Metz et Nancy les 10 et 11 juillet derniers. A ces dates, on étouffe en Moselle : 37°C et le parcours intègre des côtes à 15%. Une course stressante, tactique, physique qu’elle arrache au sprint. Cette même année, elle se frotte au FFC lors du tour féminin. « J’ai toujours terminé dans le paquet, preuve que dans le cyclisme, on peut se classer à 42 ans même avec les internationales ». Elle conserve de ce tour des souvenirs qui lui font pétiller les yeux rien que d’en parler. Avec sa complice Emilie Flanquefort, elles ont vécues des moments forts en côtoyant toutes les pros étrangères : les brésiliennes et surtout les espagnoles.

Après une telle saison 2010 après avoir rempli tous ses objectifs sous la houlette du Vélo Club Saintais présidé par Philippe Tabourin : « fini, j’arrête » affirmera-t-elle. Les contraintes, l’hygiène de vie depuis plus de 20 ans c’est terminé. C’était sans compter le repos hivernal. Le vélo ne sera donc pas remisé bien longtemps. Bien qu’allégé le programme 2011 ne s’annonce pas vide pour autant. Un peu de course en 3ème catégorie, début mai l’Ekoï Tour à Soubise puis l’incontournable championnat de France de la fonction publique territoriale pour le compte de Rochefort, où elle officie dans le service jeunesse. La date est déjà fixée au 31 mai. En juin, si la course de Saintes en nocturne est rétablie, elle y sera. Parions que d’ici là d’autres dates s’ajouteront...


 

Françoise QUIGNON

Cyclisme - Saintes - Marilyne Michaud, une championne hors norme

Antoine ROBERT
 
Ajouter un commentaire